Fédération du Gard

Fédération du Gard
Accueil
 
 
 
 

La lettre du secrétaire départemental

Qu’advienne maintenant le Temps du Commun !

 

Le 37e congrès de notre parti vient de s’achever. Beaucoup de réflexions, d’échanges, de débats, d’expression de points de vue différents parfois, sur le projet communiste, l’organisation de notre parti et sa stratégie, ont alimenté les quotidiens des communistes depuis des mois. C’est le signe d’un parti démocratique dans lequel chaque adhérent compte. Et pour finir, un congrès national à Aubervilliers qui scelle l’unité des communistes sur un texte enrichi des débats et sur une liste commune au Conseil National.

C’est donc avec un projet communiste renouvelé, des décisions pour un parti communiste modernisé et une ambition stratégique clarifiée pour 2017 que nous repartons de l’avant.

Les mobilisations contre la loi El Khomri ne faiblissent pas, les communistes y sont pleinement engagés. Les tentatives misérables et dangereuses d’un pouvoir discrédité, pour diviser le mouvement et faire monter les tensions en stigmatisant les syndicats, en attaquant la jeunesse sont autant de signes d’une rupture avec la gauche, son histoire et ses valeurs. Le gouvernement et la majorité socialiste à l’Assemblée, les partis  qui les soutiennent prennent de lourdes responsabilités. Cette bataille est l’objectif politique prioritaire  du moment. Sans victoire, il sera plus difficile encore de combattre la résignation, l’écœurement et le sentiment d’impuissance qui sont les pires ennemis des forces de transformations sociales. 

Nous ne pouvons les laisser faire et laisser se dérouler la catastrophe annoncée d’une victoire de la droite sous pression de l’extrême droite en 2017. Notre peuple et ce qui reste du modèle social français n’aurait rien à y gagner. Nous voulons œuvrer au rassemblement de tous ceux qui cherchent une alternative à gauche. Prolongeant l’ambition du Front de Gauche, le nouveau Front populaire et Citoyen auquel nous appelons est à la fois fait de mobilisations sociales, de constructions citoyennes et d’alliances avec toutes les forces prêtes à agir avec nous pour un projet de transformation sociale. Nous voulons, dans ces circonstances exceptionnelles et inédites être à la hauteur des enjeux.

La feuille de route est désormais claire.

D’ici la fin de l’été, et sa restitution publique officielle, nous prenons l’initiative d’une Grande consultation citoyenne, « Que demande le peuple ? », nous permettant d’aller à la rencontre de 500 000 personnes (9 000 dans le Gard). A travers cette consultation nous voulons nouer le dialogue politique, faire reculer les idées reçues qui nourrissent les divisions populaires, mobiliser les énergies et rendre incontournable la parole populaire. Les premières initiatives prises montrent que cette consultation est très bien accueillie.

Nous voulons aussi nous adresser à toutes les forces politiques, sociales, citoyennes, syndicales disponibles pour construire une alternative. Nous voulons partout ouvrir des lieux de débats et d’élaboration collective, réactiver les assemblées citoyennes, pour permettre l’intervention citoyenne et la convergence de toutes les forces disponibles. La fête de Lézan sera, comme chaque année, un rendez-vous politique important dans cette perspective-là. 

Nous proposons à toutes ces forces de rédiger ensemble un pacte d’engagements communs, simple, lisible mais qui engage de vraies ruptures avec l’ordre néolibéral. Nous identifions 5 questions essentielles sur lesquelles nous avons beaucoup de propositions :

-          Une refondation démocratique de la République

-          La lutte pour l’éradication du chômage et la sécurisation de la vie quotidienne de nos concitoyens

-          La lutte contre la finance et une autre utilisation de l’argent,

-          Un nouveau modèle de développement social et écologique

-          Une refondation démocratique et sociale de l’Europe.

Nous voulons que ce pacte, qui engagera les candidats que nous soutiendrons aux élections présidentielles et législatives, soit rédigé d’ici le mois d’octobre pour être soumis à une votation citoyenne nationale.

Viendra enfin le choix du candidat commun qui portera ces exigences à l’élection présidentielle. Si plusieurs candidats sont disponibles, et certains sont d’ores-et-déjà déclarés, comme Jean-Luc Mélenchon, nous sommes ouverts à tout processus citoyen de désignation pour les départager. Bien sûr, cette candidature ne peut en aucun cas être François Hollande ou celle d’un représentant de la même politique soutenue depuis 2012 par la direction du PS.

Jusqu’au bout les communistes restent souverains. Une conférence nationale du PCF est convoquée le 5 novembre. Elle permettra aux communistes d’évaluer le processus engagé et de décider quel-le candidat-e ils présenteront ou soutiendrons. 

S’il peut paraitre déstabilisant ou risqué, pour certains d’entre nous, de reporter à novembre le choix de notre candidat, je crois utile et nécessaire de tout faire pour faire converger les forces prêtes à l’alternative, de trouver un cadre permettant une réelle intervention citoyenne et un processus collectif qui dépasse l’hyperpersonnalisation de cette élection, et crée les conditions d’un véritable changement en profondeur. C’est aussi pour cela, que nous engageons, avec le même état d’esprit dans chaque circonscription la réflexion sur les législatives. Dans les 6 circonscriptions gardoises, regardons quels rassemblements peuvent s’opérer, quel-le candidat-e pouvons-nous porter.

Les quelques semaines qui sont devant nous seront décisives, notre responsabilité est de mener une campagne politique de premier ordre pour remporter des batailles d’idées, des batailles culturelles. Sans évolution du rapport de force idéologique et sans unité, les espoirs de changement peuvent être ruinés, avec eux, marginalisées durablement nos idées. Toujours, certains nous diront que c’est impossible. Mais pour reprendre les mots d’Hugo dans les Misérables, les communistes ont « suffisamment vécu pour savoir que rien n’est plus imminent que l’impossible », et que « ce qu’il faut toujours prévoir, c’est l’imprévu ».  

Au travail !

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.